La représentation de Judith en peinture

avril 19, 2012 § Poster un commentaire

Judith est également représentée rousse en peinture. Rappelons tout d’abord qui est ce personnage biblique. Judith est un personnage que l’on voit apparaître dans le livre deutérocanonique de la Bible. L’histoire est très bien racontée sur le site Wikipédia. Elle est donc celle qui vainquit le fameux général Holopherne (Holofernes en anglais).

Suivant l’iconographie, les roux sont perçus comme des personnes sanguinaires. Des individus sans scrupules. La rousseur est un attribut d’une violence souvent exaltée. Représenter des personnages aux cheveux roux est donc un moyen de mettre en lumière cette violence grâce aux cheveux. Ce site internet, d’un créateur inconnu, explique de façon très claire les origines de cette discrimination. Les personnages meurtriers sont donc représentés roux afin que le spectateur puisse saisir l’importance de la violence qui se dégage de la toile, et donc, la puissance sanguinaire du mythe. En effet, bon nombre de personnages se sont ainsi retrouvés roux. On peut parler de Mars, le dieu de la guerre et de l’agriculture. Mais on peut également évoquer les Danaïdes qui tuent leurs époux, et bien évidement Judith qui trancha la tête d’Holopherne.

Cette scène biblique est donc d’une violence extrême. Si l’on regarde attentivement cette oeuvre :

Judith avec la tête d'Holopherne
Titien
1515, huile sur toile, 89 × 73 cm,
Galleria Doria Pamphilj, Rome

On remarque la chevelure rousse flamboyante de la jeune femme. Cette chevelure fait écho au drapé de la même couleur qui est posé de façon nonchalante sur ses épaules. Judith regarde la tête décapitée sur le plateau de façon totalement désintéressée. On pourrait d’abord croire à une oeuvre assez douce, au caractère plutôt calme. Mais il n’en est rien. Tout ce rouge, toute cette rousseur est là pour clamer la violence de la boucherie qui a eu lieu. Ces couleurs chaudes sont peintes et remplacent le sang. En voyant tout ce rouge, on se rend compte de la quantité de sang qu’il y a eu à la suite de la décapitation. Ainsi, on comprend le côté sanguinaire de Judith. Mais surtout, on comprend pourquoi cette personne est représentée rousse en peinture. Sa chevelure rousse permet d’exalter sa barbarie mais surtout de faire le lien avec le sang du massacre.

Quand on regarde la toile de Gentileschi, on ne peut s’empêcher de remarquer tout d’abord l’incroyable drapé rouge. On remarque ensuite les détails minutieux des reflets roux dans la chevelure de Judith. Puis, c’est alors que l’on aperçoit le sang qui gicle de la gorge d’Holopherne. Judith est peinte là comme une personne déterminée, on le comprend à l’expression de son regard. On comprend également l’assurance de son geste et la vivacité avec laquelle elle manie le couteau. On peut voir qu’il y a seulement très peu de sang. Mais justement, comme pour la précédente toile, le rouge des cheveux et du drapé est là pour rappeler l’horreur de cette scène. Cette absence de mare de sang, cette inexistence d’hémoglobine n’est due qu’à une chose et une seule : le désir de rendre la scène supportable pour le spectateur. En effet, si la scène était trop violente, alors personne n’aurait posé le regard sur le travail de l’artiste.

Voila pourquoi, Judith comme bien d’autre est représentée rousse en peinture : afin de ne pas oublier le caractère sanguinaire du personnage, et la violence de son histoire.

Publicités

Tagué :, , , , , , , , , , , , , , , , ,

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Qu’est-ce que ceci ?

Vous lisez actuellement La représentation de Judith en peinture à Les Roux dans l'Histoire de l'Art.

Méta

%d blogueurs aiment cette page :