La représentation de Judith en peinture

avril 19, 2012 § Poster un commentaire

Judith est également représentée rousse en peinture. Rappelons tout d’abord qui est ce personnage biblique. Judith est un personnage que l’on voit apparaître dans le livre deutérocanonique de la Bible. L’histoire est très bien racontée sur le site Wikipédia. Elle est donc celle qui vainquit le fameux général Holopherne (Holofernes en anglais).

Suivant l’iconographie, les roux sont perçus comme des personnes sanguinaires. Des individus sans scrupules. La rousseur est un attribut d’une violence souvent exaltée. Représenter des personnages aux cheveux roux est donc un moyen de mettre en lumière cette violence grâce aux cheveux. Ce site internet, d’un créateur inconnu, explique de façon très claire les origines de cette discrimination. Les personnages meurtriers sont donc représentés roux afin que le spectateur puisse saisir l’importance de la violence qui se dégage de la toile, et donc, la puissance sanguinaire du mythe. En effet, bon nombre de personnages se sont ainsi retrouvés roux. On peut parler de Mars, le dieu de la guerre et de l’agriculture. Mais on peut également évoquer les Danaïdes qui tuent leurs époux, et bien évidement Judith qui trancha la tête d’Holopherne.

Cette scène biblique est donc d’une violence extrême. Si l’on regarde attentivement cette oeuvre :

Judith avec la tête d'Holopherne
Titien
1515, huile sur toile, 89 × 73 cm,
Galleria Doria Pamphilj, Rome

On remarque la chevelure rousse flamboyante de la jeune femme. Cette chevelure fait écho au drapé de la même couleur qui est posé de façon nonchalante sur ses épaules. Judith regarde la tête décapitée sur le plateau de façon totalement désintéressée. On pourrait d’abord croire à une oeuvre assez douce, au caractère plutôt calme. Mais il n’en est rien. Tout ce rouge, toute cette rousseur est là pour clamer la violence de la boucherie qui a eu lieu. Ces couleurs chaudes sont peintes et remplacent le sang. En voyant tout ce rouge, on se rend compte de la quantité de sang qu’il y a eu à la suite de la décapitation. Ainsi, on comprend le côté sanguinaire de Judith. Mais surtout, on comprend pourquoi cette personne est représentée rousse en peinture. Sa chevelure rousse permet d’exalter sa barbarie mais surtout de faire le lien avec le sang du massacre.

Quand on regarde la toile de Gentileschi, on ne peut s’empêcher de remarquer tout d’abord l’incroyable drapé rouge. On remarque ensuite les détails minutieux des reflets roux dans la chevelure de Judith. Puis, c’est alors que l’on aperçoit le sang qui gicle de la gorge d’Holopherne. Judith est peinte là comme une personne déterminée, on le comprend à l’expression de son regard. On comprend également l’assurance de son geste et la vivacité avec laquelle elle manie le couteau. On peut voir qu’il y a seulement très peu de sang. Mais justement, comme pour la précédente toile, le rouge des cheveux et du drapé est là pour rappeler l’horreur de cette scène. Cette absence de mare de sang, cette inexistence d’hémoglobine n’est due qu’à une chose et une seule : le désir de rendre la scène supportable pour le spectateur. En effet, si la scène était trop violente, alors personne n’aurait posé le regard sur le travail de l’artiste.

Voila pourquoi, Judith comme bien d’autre est représentée rousse en peinture : afin de ne pas oublier le caractère sanguinaire du personnage, et la violence de son histoire.

La représentation de Marie-Madeleine en peinture

avril 19, 2012 § Poster un commentaire

Marie-Madeleine est un personnage biblique qui fascine depuis bien longtemps. Elle est décrite de façons différentes, mais ce qui revient sans cesse est sa magnifique chevelure rousse.

Pourquoi est-elle rousse ? Pour la simple et bonne raison que la rousseur chez une femme est un symbole de passion, de fougue, d’érotisme. Ce site internet crée par l’Association Gnostique d’Études Anthropologiques, Culturelles et Scientifiques (AGEAC), explique de façon très claire et concise la vie de Marie-Madeleine. Grâce à cela, nous apprenons qu’elle apparait dans la Bible en l’an 25. Or, il n’est nullement dit qu’elle possédait une crinière rousse. Le seul moment où l’on parle de sa chevelure est le suivant :

Jean 11:2 C’était cette Marie qui oignit de parfum le Seigneur et qui lui essuya les pieds avec ses cheveux, et c’était son frère Lazare qui était malade.
Jean 12:3 Marie, ayant pris une livre d’un parfum de nard pur de grand prix, oignit les pieds de Jésus, et elle lui essuya les pieds avec ses cheveux; et la maison fut remplie de l’odeur du parfum.

La rousseur de Marie-Madeleine est donc une iconographie purement volontaire. Rappelons nous de notre article sur la femme rousse, on se souvient que la femme est perçue comme un objet de convoitise. Mais cela depuis toujours. La femme a toujours été perçue comme un être faible, chétif, qui ne doit obéir qu’à l’homme. La couleur rousse fait référence de façon très claire aux pulsions sexuelles, et beaucoup de prostituées sont représentées rousse. Quoi de plus normal alors qu’une Marie-Madeleine rousse ?

En effet, Marie-Madeleine fait depuis longtemps l’objet de plusieurs théories, entre autre : la relation ambiguë qu’elle aurait peut être eue avec Jésus. La rousseur de ses cheveux lui va donc à merveille, car cette couleur reflète parfaitement le côté mystérieux qui plane autour de ce personnage biblique.

Marie-Madeleine dans la Grotte
Jules Lefebvre
1876
Musée de l’Hermitage, Saint-Petersbourg

Lorsque l’on regarde avec attention cette oeuvre, on ne peut que voir la chevelure flamboyante de Marie-Madeleine. Ses cheveux semblent presque couler le long de son corps ainsi que sur la surface du rocher, et cela ne fait que renforcer la sensualité de l’oeuvre. La pose du personnage, pleine de grâce, souligne l’aspect naïf de cette femme, complètement nue, qui semble presque s’offrir à nous. Encore, si l’on regarde la fameuse huile sur toile du Caravage de 1606, Marie-Madeleine en extase, on retrouve également cette chevelure flamboyante, et cette aspect « lascif ».

En conclusion, la rousseur de Marie-Madeleine est un attribut fort de sens, et l’on comprend pourquoi ce personnage biblique ne pouvait pas ne pas être roux.

La représentation de Danaé

avril 19, 2012 § Poster un commentaire

Danaé et son histoire est un sujet très apprecié par les peintres depuis la Renaissance. On retrouve Ici un document nous racontant son mythe, qui est indispensable de connaitre pour comprendre l’histoire représentéE. En effet malgré les différences entre artistes, notre déesse est toujours représentée en train de recevoir la pluie d’or ( Zeus).

Mais ce qui est intéressent de voir, c’est qu’elle peut être représentée rousse. On peut prendre le célèbre exemple de Gustav Klimt : Danaé. Ici l’artiste met en avant la sensualité et l’extase de l’acte. On rejoint donc les propos développés dans la partie sur les rousses voluptueuses de notre blog. Extase que l’on retrouve beaucoup plus développée dans l’oeuvre d’Artemisia Gentileschi : Danaé. On peut donc supposer que le fait d’attribuer la couleur rousse à la chevelure de notre déesse n’est pas un hasard puisqu’elle est symbole de désir et de beauté.

Une autre represésentation de Danaé se trouve dans l’oeuvre de Tintoret. Ce que l’on peut voir dans ce Blog, fait part des étudiantes de l’université Paris 1 Panthéon-Sorbonne que cette oeuvre est assez subjective. Elle développe alors l’image de Danaé comme une courtisane mais ne fait pas allusion à la rousseur de ses cheveux. Cependant on pourrait y faire un lien, car malgré sa beauté elle présente certains aspects négatifs accentués par les pièces d’or.

On peut donc dire que Danaé à travers différentes représentations aborde des aspects autant positifs que négatifs. La couleur rousse de ses cheveux pourrait alors ne pas être un hasard.

Klimt, les rousses et l’exemple de Pallas Athénée

avril 19, 2012 § Poster un commentaire

Dans notre recherche sur la symbolique des roux dans la peinture nous avons decidé de prendre l’exemple du peintre Gustav Klimt ( 1862 – 1918 ). C’est un peintre symboliste autrichien faisant partie du mouvement de l’art nouveau. Il peint généralement des compositions à personnages, aux sujets allégoriques, où l’on retrouve des figures nues, des portrait etc. Mais ce qui caractérise ses oeuvres est aussi le fait qu’il peint souvent des femmes rousses comme par exemple Le baiser.

On retrouve sur le site Le Monde des Arts ( auteur inconu ), un dossier sur Gustav Klimt, avec sa bibliographie et des exemples de ses oeuvres. Mais ce qui nous interesse le plus est l’exemple de Pallas Athenée qu’il réalise en 1898. En effet cette oeuvre  » marque en quelque sorte son émancipation part rapport à l’art officiel. Sous un mode ironique, il détourne la représentation traditionnelle du sujet en montrant le visage de la déesse sous les traits d’une femme fatale. »

On retrouve alors une icone mythologique détournée au profit de la rousse femme voluptueuse car elle s’oppose un peu aux caractéristiques habituelles de la déesse que l’on retrouve dans cet article de Marcel DETIENNE (directeur d’études à l’École Pratique des Hautes Études (Ve section, sciences religieuses) sur Encyclopédia Universalis. On peut y lire l’iconograhie ainsi que l’histoire de Pallas. Traditionellement on peut la voir représentée comme sur cette oeuvre de Sandro Botticelli : Pallas et le centaure.

Le vampire de Munch

avril 13, 2012 § 1 commentaire

Nous avons mis en évidence l’aspect charnel de la femme rousse. Il convient à présent d’analyser une oeuvre de Munch, le Vampire.

Image

Munch, Le vampire, 1893-4, 91×109 cm, huile sur toile

Munch est un peintre de la fin du XIXème siècle. Le dossier pédagogique de l’exposition Edvard Munch, L’oeil moderne 1900-1944 qui a eu lieu au Centre Pompidou (Paris) en fin d’année 2011, permet une vue d’ensemble sur l’oeuvre de l’artiste. Ainsi Norbert Godon (artiste plasticien de formation) nous explique que l’artiste ne se cantonne pas au simple domaine de la peinture mais utilise aussi la photographie, le cinéma etc. Cette grande rétrospective a mis notamment en lumière le travail de répétition chez l’artiste. Le vampire y a été exposé, et il apparaît que cette thématique a fait l’objet de nombreuses reprises.

Le vampire est une figure hautement codifiée, qui évoque un certain érotisme. Ainsi, le tableau de Munch retranscrit l’idée d’une femme dominatrice, une « mangeuse d’hommes », au sens propre, comme au figuré. Il n’est pas anodin que Munch ait choisi de représenter ce vampire sous les traits d’une rousse. En effet ces cheveux tombants sur les épaules semblent presque couler, suggérant du sang.

Or, il est possible de mettre en parallèle cette idée avec l’histoire des menstruations des femmes du XIXème siècle. En effet, dans un article disponible sur clio depuis 2006, Jean-Yves LE NAOUR (docteur en histoire, spécialiste de la Grande Guerre, a consacré sa thèse à la morale sexuelle en 14-18), et Catherine VALENTI (docteur en histoire, spécialiste dans l’étude des élites universitaires et médicales), montrent à quel point la question des règles est révélatrice d’a priori tout autant masculins que médicaux. Le discours des médecins d’alors ne fait qu’apporter une caution qui se veut scientifique à la perception de la femme comme une éternelle malade, étroitement soumise à son destin biologique. De plus la question des menstruations étaient la cible de tout un imaginaire qu’Yvonne Verdier dans son ouvrage Façons de dire façons de faire (aux éditions Gallimard, 1979) retranscrit. Chargée de recherche au CNRS, elle avait participé à l’enquête ethnographique collective sur le village de Minot (Côte-d’Or), organisée par le laboratoire d’anthropologie sociale du Collège de France, de l’E.H.E.S.S. et du CNRS. Le but de cette enquête était d’établir des parallèles, des relations entre les femmes en temps qu’individus (gestes, propos, fonctions) et les femmes en temps que « corps », liées tout particulièrement au temps. Elle aborde dans cette enquête la question de la femme rousse, vectrice de mythes, notamment à propos des menstruations.

Guillaume Lombard propose une fiche de lecture de cette ouvrage, sur le site carmina. Le site carmina rassemblent des musicologues, des psychothérapeutes et se propose de réfléchir autour des notions de mémoire et de paroles, de mythe et de chants. Sur le site de Persée est aussi disponible un compte rendu de l’ouvrage d’Yvonne Verdier, par Geneviève Calame-Griaule, paru dans la revue L’Homme (1981, vol. 21, n° 1, pp. 124-125), revue d’anthropologie générale crée par Claude Levis Strauss.

Ainsi, cette oeuvre de Munch est hautement représentative de ce que les femmes rousses pouvait véhiculer dans l’imaginaire collectif.


Jean-Jacques Henner, un peintre qui savait apprécier les rousses

avril 13, 2012 § 2 Commentaires

« On plaît aux femmes par un mot, ou on leur déplaît pour toute la vie. C’est le premier mot prononcé qui décide de tout. »

Jean Jacques Henner, 18 novembre 1884

Jean Jacques Henner est un peintre de la seconde moitié du XIXème siècle, qui suivra une carrière officielle, grâce notamment à l’obtention du prix de Rome en 1858 et à un séjour de cinq ans à la Villa Médicis. Cependant, bien que reconnu de son vivant, son oeuvre peut remettre en cause un parcours purement académique comme l’explique le site du musée national Jean Jacques Henner, dont la directrice de publication est Marie Hélène Lavallée, Conservateur général du Patrimoine, et directrice du musée.

L’exemple du peintre Jean-Jacques Henner pour ce qui est de la représentation de la volupté de la femme rousse me semble tout choisi. En effet ce peintre semble louer la rousseur chez la femme, dont on retrouve une représentation récurrente.

On a une exaltation de la beauté rousse dans toute son oeuvre, et au-delà de la rousseur, de la longue chevelure féminine. Le blog Jean Jacques Henner Intimepropose d’ailleurs parmi plusieurs billets très intéressants celui « Henner et les femmes, les chevelures d’Henner ». De plus, y est mis en lien l’interprétation offerte par le blog wordpress Je veux une rousse de La dormeuse (voir ci- dessous), de Jean-Jacques Henner, ce qui permet d’asseoir le sérieux de l’analyse offerte par cette blogueuse amatrice. Les textes du blog Henner intime sont rédigés par Diane Drubay, experte en communication muséale et culturelle en ligne et nouveaux médias (jolie rousse!) sauf indications contraires, avec l’aide de Claire Bessède (conservateur du Patrimoine au musée national Jean-Jacques Henner).

Si beaucoup de ces figures féminines sont rousses, c’est parce qu’elles sont liées à la figure de Juan Armani, peintre italienne à la chevelure rousse qui admirait beaucoup le peintre et pour qui elle posa. Le blog J-J Henner relate des anecdotes quant à sa personne. Mais on ne peut restreindre sa « lubie » de la rousseur au simple fait qu’il eut un jour un modèle qui était une femme rousse. En effet il me parait intéressant d’évoquer un autre tableau de J-J Henner qui révèle une véritable passion pour la rousseur: celui de la Chaste Suzanne.

Image

Jean-Jacques Henner, La chaste Suzanne, 1864, Huile sur toile, 185×130 cm, Paris, Musée d’Orsay

Ainsi, la nudité de Suzanne frappe ici parce qu’elle est mise en opposition avec la chaleur du drap rouge orangée qui vient rehausser cette chair pâle. Ici, bien que Suzanne soit brune, cette prédominance du drap ne peut que nous rappeler les multiples tableaux d’Henner où il se plaît à représenter la rousseur; ce drap semble presque faire échos aux longues chevelures comme celle de La dormeuse par exemple, ou encore de Rêveries, disponible sur notre flickr.

Jean Jacques Henner est donc un apôtre de la rousseur, dont il se sert pour rehausser ses modèles aux allures de statues antiques, respectant les codes académiques d’une beauté idéale. La rousseur donne vie à ses femmes, en reflétant chez elles un aspect érotique.

La représentation de Diane : De la pureté à la sorcellerie..

avril 13, 2012 § Poster un commentaire

Aly ABBARA (Gynécologue,Obstétricien et professeur), nous donne dans cet article l’histoire, ainsi que les attributs de Diane. On peut y lire que c’est la déesse de la chasse et de la nature, elle est belle, chaste, vierge et farouche. Elle est souvent représentée avec peu de vêtements, avec un arc et des flèches et accompagnée soit d’une biche, d’un cerf, d’un chien ou alors avec un cortège de nymphes et d’océanides. On peut alors prendre comme exemple ce célèbre tableau de Titien : Diane et Actéon qui reprend l’une des histoire de Diane.

Mais ce qui nous intéresse le plus c’est de voir que Diane peut être représentée rousse, même si cela est assez rare. On la voit rousse dans ce tableau ( peintre inconnu ), ou encore  sur cette Mosaïque de l’époque romaine et dans l’oeuvre de Daniel Seiter: Diane auprès du cadavre d’Orion.

On peut alors s’interroger sur cette iconographie. En effet on retrouve sur le site Persée un article de Vladislava Lukasik (professeur a l’Université Lomonosov à Moscou) datant de 2006 qui traite du sujet de la déesse Diane, son mythe et sa représentation tout en se posant la question de son charme envoûtant à travers l’Ovide moralisé. En effet si elle est liée premièrement à la chasteté,  deuxièmement à la fécondité grâce a son rapport avec la Lune, notre déesse aborde selon l’auteur une troisième caractéristique : la sorcellerie. On peut lire que Selon Nason, lors de la bataille avec les Titans, que Diane se serrait transformée en chat, race féline en rapport avec les sorcière. Cependant l’Ovide moralisé l’aurait plutot transformé en biche.

On peut alors supposer que les artistes se serraient influencés des différentes caractéristiques de Diane pour la représenter. En effet la rousseur de la chevelure beaucoup été associée aux sorcières au moyen age.

Où suis-je ?

Vous consultez les archives de avril, 2012 à Les Roux dans l'Histoire de l'Art.