Le statut de la femme au XIXème siècle – Historique

mars 30, 2012 § 2 Commentaires

[ La femme est ]  une divinité, un astre, qui préside à toutes les conceptions du cerveau mâle; c’est un miroitement de toutes les grâces de la nature condensées dans un seul être; c’est l’objet de l’admiration et de la curiosité la plus vive que le tableau de la vie puisse offrir au contemplateur. C’est une espèce d’idole, stupide peut-être, mais éblouissante, enchanteresse, qui tient les destinées et les volontés suspendues à ses regards.

Cet extrait est tiré de l’œuvre Le peintre de la vie moderne de Baudelaire (chapitre X, « La femme », 1863) que le site litteratura.com (dont la création et le développement est à l’origine d’Azziz El Khiati) propose une version numérisée. Baudelaire  procure ici un témoignage de ce qu’était le statut des femmes au XIXème siècle.

Le site napoléon.org (site  de la Fondation Napoléon reconnue d’utilité publique en 1987) a pour vocation d’encourager la recherche en histoire du Premier et du Second Empire, de favoriser l’accès aux connaissances, et de participer à la sauvegarde du patrimoine napoléonien. Il offre en plus d’une bibliothèque numérique entièrement consacrée à Napoléon, une excellente base de ressources sur l’Histoire napoléonienne, histoire qui est celle du XIXème siècle. On y trouve -ce qui sert notre propos-  une synthèse historique sur le statut des femmes par Emmanuelle Papot (DEA d’histoire contemporaine à la Sorbonne), journaliste et web éditrice du site. Cependant si cette synthèse a l’avantage d’être claire et concise, « Histoire » va de pair avec « Chronologie »  il m’a semblé indispensable d’épargner les puristes en la complétant par  cette frise chronologique de l’INSEE.

Baudelaire dans cet extrait assimile la femme à un individu presque divin au caractère quasi hypnotique mais qu’il qualifie « d’une espèce d’idole, stupide peut-être » la reléguant donc à un simple objet de contemplation. Il soulève ici l’une des caractéristiques principales affublée à la femme depuis la nuit des temps: sa beauté, envoûtante. Cette étiquette qu’offre le terme « beauté » permet de jouer sur une dualité bien arrangeante: le personnage de la femme manipulatrice et perfide et celui de la femme objet, dont la beauté est simple décorum, apparat.

Or le XIXème siècle est un siècle charnière, celui d’un lent changement de mentalité, siècle qui va être le témoin privilégié d’une émancipation progressive de la femme. Sur le portail de Persée est disponible un commentaire d’Elisabeth Guibert-Sledziewski dans le numéro 32 de la revue Romantisme (vol. 11, 1981, p. 117-121) d’un ouvrage qui éclaire sur le rôle et la condition de la femme dans la société. Ce commentaire porte sur l’ouvrage Misérable et glorieuse, la femme au XIXème siècle, ouvrage collectif dont le directeur est Jean-Paul Aron, que le site de l’IMEC présente à travers une excellente biographie.

Ainsi, comme celui-ci le rapporte dans son ouvrage , la place de la femme est tiraillée entre le rôle d’objet de beauté et de désir (la prostituée, « la femme-enseigne » objet de mode qui exhibe la richesse de son mari), et celui d’objet de service (la bonne, l’ouvrière, la maîtresse de maison) victime d’aliénation, d’instrumentalisation . Il met en lumière la tension qui existe entre son statut social et le statut symbolique qu’on lui accorde et montre ainsi combien la société du XIXème siècle était une société phallocratique.

Cependant, il est important de faire part de nuances, qui soulignent le changement – certes apathique -, du statut de la femme au XIXème siècle. Martine Segalen est une ethnologue et chercheuse au CNRS, dont un entretien effectué par Anne Lavanchy et Christine Von Kaenel-Mounoud permet de connaître son parcours. Cet entretien est effectué dans le cadre de la revue ethnographie.org, revue en ligne de sciences humaines et sociales.

Cette ethnologue est l’auteure d’un article paru dans l’ouvrage qui nous intéresse, et pointe le pouvoir des femmes rurales a contrario de celles des villes. Celles-ci sont en effet la matrice de l’organisation sociétale tout entière, que ce soit individuellement à l’échelle de leur foyer, ou en groupe à l’échelle du village. Mais les femmes rurales ne sont pas les seules exemples de femmes « glorieuse(s) » du XIXème; il est aussi question des femmes militantes de ce siècle telle que la figure de Flora Tristan. Le commentaire d’Elisabeth Guibert-Sledziewski n’offrant pas de biographie de cette femme -car là n’est pas son propos-, il m’a paru intéresssant de proposer celle écrite par  Paul Claudel (maître en histoire et géographie), disponible sur l’encyclopédie en ligne Encyclopedia Universalis.

Ces femmes militantes sont à l’origine des débuts du féminisme et illustrent peut-être de manière la plus ostensible l’évolution du statut de la femme au XIXème siècle. Ce point historique m’a paru nécessaire car c’est la toile de fond de l’évolution de l’image que la société se fait de la femme à la chevelure rousse. C’est parce que la condition de la femme évolue que va changer la représentation de la rousseur au XIXème siècle dans les différents mouvements artistique du siècle. Je me propose donc à travers différentes œuvres picturales de mettre en avant l’évolution de son statut, évolution perméable, dont l’homogénéité est imparfaite.

Deroy, La petite mendiante rousse  – Mouvement: Le Romantisme
Jean Jacques Henner – un exemple d’art académique
 Munch, Le vampire: interprétation sociologique

Publicités

Tagué :, , , , ,

§ 2 réponses à Le statut de la femme au XIXème siècle – Historique

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Qu’est-ce que ceci ?

Vous lisez actuellement Le statut de la femme au XIXème siècle – Historique à Les Roux dans l'Histoire de l'Art.

Méta

%d blogueurs aiment cette page :