La représentation de la rousseur de David en peinture

mars 22, 2012 § 1 commentaire

Comme l’énonce clairement la genèse, David est décrit comme un jeune homme «roux et de belle apparence ». Grâce a cet article de L’homme selon la bible, on sait que la rousseur du célèbre Roi est donc perçue de façon positive… Mais ce qui est assez paradoxale, c’est que la rousseur est en général rattachée au diable. Nous allons donc tenter de comprendre comment est appréhendée la rousseur de David en peinture à travers quelques exemples.

Tout d’abord il est important de s’attarder sur l’écrit consacré à la rousseur du diable. Lorsqu’on lit un bref passage des révélations, on remarque que cette couleur feu s’apparente au mal. L’extrait provient d’une version numérisée de la bible datant de 1668 ( par Isaac Lemaistre de Sacy ) et décrit la rousseur du diable est le suivant : « Il parut un autre signe dans le Ciel, c’était un grand Dragon roux, qui avait sept têtes et dix cornes, et sur ses têtes sept diadèmes ». À la vue de ce passage, on comprend bien que la rousseur est un attribut de ce qui est maléfique, diabolique. Or, ce n’est absolument pas le cas pour plusieurs personnages bibliques, dont David, notre exemple. On se souvient de l’extrait de la genèse qui explique que sa rousseur lui procurait une plaisante apparence. De plus, si l’on étudie l’œuvre du peintre Andrea di Bartolo, intitulée David brandissant la tête de Goliath (tempera sur cuir sur bois), on remarque tout de suite que la chevelure ondoyante de David est rousse. Cette chevelure est exaltée, elle entour délicatement le visage de David de façon très harmonieuse. Ici la rousseur n’est absolument pas peinte dans le but d’enlaidir la figure ni de faire ressortir un quelconque aspect diabolique. On peut également se concentrer sur cette huile sur toile de Le Guerchin : David et la tête de Goliath. Lorsque l’on admire cette œuvre, on remarque que la chevelure rousse et bouclée du personnage procure à son visage une certaine douceur. Pour finir, regardons le David et la tête de Goliath du Caravage. Ici aussi, bien que l’œuvre soit extrêmement sombre, on remarque que la chevelure du personnage est rousse. Se détachant à peine du fond sombre, cette teinte rouge feu vient adoucir la figure grave du personnage.

Dans les trois cas, on remarque que la couleur rousse des cheveux n’est en aucun cas un symbole du mal ou du diable. Cette couleur confère à chaque fois au protagoniste une caractéristique positive. On peut donc conclure sur le fait que David, est un des nombreux personnages biblique dont la rousseur n’est pas vue de façon péjorative.

Publicités

Tagué :, , , , , , , , , , ,

§ Une réponse à La représentation de la rousseur de David en peinture

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Qu’est-ce que ceci ?

Vous lisez actuellement La représentation de la rousseur de David en peinture à Les Roux dans l'Histoire de l'Art.

Méta

%d blogueurs aiment cette page :